Partisans des Stuart 

 

 

Durant les guerres civiles britanniques - dites des Guerre des Trois Royaumes - les MacKinnon apportèrent leur soutien au marquis de Montrose (1612 - 1650), contre l'armée parlementaire d'Oliver Cromwell. Le 2 février 1645, ils prirent part à la bataille d'Inverlochy. Avant la bataille de Worcester, le 3 septembre 1651, Lachlan-Mor MacKinnon (28e chef du clan) - qui avait mis un régiment au service de Charles II (1630 - 1685) - fut élevé au rang de Chevalier Banneret. Les MacKinnon semblent avoir disposé d'une force de frappe importante. Farouches partisans des Stuart, ils soutinrent la cause jacobite au XVIIIe siècle.

 

Le Prince Charles Edouard  Stuart III "Bonnie" prétendant au trône d'Angletterre , d' Irlande et d'Ecosse ( 1720, 1788 )

 

Les soulèvements jacobites

 

 

Le XVIIIe siècle place en effet Iain-Dubh MacKinnon (1682-1756), 29e chef du clan, sur le devant de l'histoire. Fervent jacobite, il combattit à Sherrifmuir le 13 novembre 1715, à la tête de cent-cinquante guerriers du clan. Puis, poursuivi pour forfaiture après l'échec du soulèvement, il dût fuir pour la France en Février 1716.

 

portrait de Jacobites 

 

 

Lors de l'insurrection de 1745, Iain-Dubh MacKinnon, âgé de soixante-trois ans et affaibli, rejoignit de nouveau les forces jacobites de Charles Edward Stuart (Bonnie Prince Charlie 1720 – 1788) avec un bataillon d'hommes estimé à environ deux-cents hommes. Après la défaite de Culloden le 16 avril 1746, le chef accompagna le Stuart dans sa fuite vers la côte ouest de l'Écosse

 

Le prince Charles Stuart entouré de ses partisans ,  en partance pour l'ile de Skye . 

 

On raconte que pendant douze jours, il aurait abrité le prince dans une grotte au sud de Skye  où son épouse apportait des rafraîchissements, des viandes froide et du vin. 

 La légende veut que pour remercier MacKinnon, le prince lui aurait confié la recette d'une boisson devenue célèbre, le Drambuie.

 

Publicité  pour le Drambuie sur laquelle est représenté Charles Edouard Stuart .

Une bouteille de Drambuie sur laquelle est raconté le don de la recette de cette liqueur , fait par Charles Stuart au clan Mackinnon . 

 

 

MacKinnon fut arrêté peu après avoir placé Bonnie Prince Charlie sous la protection des MacDonald de Morar. Au terme de son procès, Iain-Dubh MacKinnon fut gracié en raison de son âge avancé. On dit qu'en quittant la salle d'audience le procureur général lui aurait demandé : « Si le roi George avait été en votre pouvoir, comme vous avez été dans le sien, qu'auriez-vous fait ? » et MacKinnon de répondre, « J'aurais fait comme il l'a fait en ce jour pour moi, je l'aurais renvoyé dans son propre pays ! ».

 

À la fin de l'année 1747, Iain-Dubh MacKinnon retrouva donc ses terres de Skye ravagées et ses châteaux détruits par les forces loyalistes. Le chef s'installa au village de Kilmarie, non loin des ruines Dun Ringill. En 1753, son épouse mourut, le laissant sans héritier. MacKinnon se remaria à l'âge de soixante-et-onze ans, et eut trois enfants dont Charles, qui lui succéda à la tête du clan.

 

Le Chateau de Dunakin  détruit par l'armée loyaliste

Les ruines de Dunn Ringill , à l'extrème sud de l'ile .

Ce dernier chef, incapable de s’acquitter de ses dettes, dut vendre ce qui restait du patrimoine en 1791. Les membres du clan doivent maintenant vivre sur des terres qui ne leur appartiennent plus et assistent, impuissants, au départ de leur chefs contraints de s’exiler. Ils les suivront bientôt. Le coup fatal fut porté par la politique des « Clearances » visant à remplacer les habitants des Highland par des troupeaux de moutons, plus rentables.

Après plus de mille ans d’histoire dans les Hebrides, les MacKinnon durent quitter leurs foyers sur Skye et Mull et partir pour le Canada entre 1843 et 1853.

Les higlanders sont chassés de leur terre dés 1746 

Illustration de la page en haut  : Au sud de l'ile de Skye la grotte qui abrita le prince Charles Edouard Stuart pendant 12 jours . 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© MacKinnon France